A. Le développement du culte de la Miséricorde Divine en Europe jusqu'en 1978

Le culte de la Miséricorde Divine hors des frontières de la Pologne est issu principalement des Polonais expulsés de Vilnius pour la Sibérie et le Kazakhstan. Au moment de la constitution de l'Armée Polonaise sur le territoire de l'Union Soviétique et grâce à son déplacement au Proche Orient, en Palestine, en Italie et autres pays de l'Europe et d'Afrique, la dévotion à la Miséricorde Divine est parvenue jusqu'à ces pays par l'intermédiaire des soldats polonais et de leurs aumôniers.
A la fin de l'année 1944, l’abbé Jacek Przygoda, recteur de la Mission Catholique Polonaise en Belgique, a mis au point une brochure : "Jésus, j'ai confiance en Toi." En 1945, l’abbé Franciszek Cegielka SAC, recteur de la Mission Catholique Polonaise en France, a publié la brochure du Père J. Przygoda, sous le titre "Père de Miséricorde". Ensuite les brochures propageant la dévotion à la Miséricorde Divine ont paru en Allemagne et en Angleterre, tout d'abord pour les émigrés polonais. Après 1950, les pères Pallotins ont joué un rôle très important dans la propagation du culte de la Miséricorde Divine. En France, ils ont publié quelques livres sur ce sujet, les fragments du "Journal" de Sœur Faustyna et des milliers de signets et de brochures.
Les Jésuites et les Franciscains se sont engagés à la coopération avec les pères Pallotins et Marianistes. Mais les prêtres et les aumôniers polonais travaillant à l'émigration ont eu aussi leur part dans la propagation du culte de la Miséricorde Divine dans divers pays d'Europe. Jusqu'en 1958, les ouvrages théologiques consacrés à la Miséricorde Divine, les signets où étaient imprimées la neuvaine et la prière à la Miséricorde Divine, ont paru en différentes langues : anglais, français, espagnol, portugais, italien, allemand et dans la langue liturgique de cette époque, le latin. Seuls les textes de dévotion à la Miséricorde Divine et l'acte : "Jésus, j'ai confiance en Toi" ont été traduits aussi en lituanien, letton, néerlandais, tchèque, slovaque, ukrainien, hongrois et croate. Ce développement dynamique du culte de la Miséricorde Divine a été entravé par la "Notice" de la Congrégation du Saint Office du 7 mars 1959 qui a défendu la propagation de la dévotion à la Miséricorde Divine sous la forme transmise par Sœur Faustyna. Jusqu'à moment de la rétractation de cette défense en 1978, beaucoup de personnes en privé avaient continué la pratique de la dévotion à la Miséricorde Divine. Et l'effort des théologiens et des aumôniers avait pour but la purification dans ce culte de ce qui ne lui était pas propre et de ce qu'on y avait ajouté au cours de la première étape de sa propagation. La publication d'une série d'ouvrages théologiques à Rome, Paris et Londres, a contribué, entre autres, à cette dernière tâche.

B. Le développement du culte de la Miséricorde Divine en Europe après 1978

Le 15 avril 1978, la Sainte Congrégation de la Doctrine de la Foi a promulgué une seconde "Notice" qui a rétracté la défense du culte de la Miséricorde Divine sous la forme laissée par Sœur Faustyna. Après cette rétractation, le culte de la Miséricorde Divine a commencé à se développer avec une nouvelle ferveur dont la meilleure preuve est la béatification de Sœur Faustyna le 18 avril 1993 à Rome et ensuite sa canonisation qui a eu lieu aussi à Rome le 30 avril 2000. En ce jour là, on a promulgué la fête de la Miséricorde Divine pour l'Eglise du monde entier.

C. Les centres du culte de la Miséricorde Divine en Europe à l'heure actuelle

En Pologne, à part le Sanctuaire de Krakow-Lagiewniki, le culte de la Miséricorde Divine est propagé aussi dans quelques autres Sanctuaires, c'est-à-dire sur "la Colline de la Miséricorde" à Czestochowa, à Mysliborz, à Ozarow Mazowiecki, à Kalisz, à Bialystok, à Swinica Warcka. L'énumération de tous les centres européens du culte est une tâche difficile étant donnée l'apparition incessante de centres nouveaux. Néanmoins, l'activité des plus grands d'entre eux mérite d'en dire plus.
En Italie, le Père Renato Tisot dirige, depuis 1985, le centre spirituel "O Sanctissima" à Trento. Cette maison est devenue un lieu dynamique du culte de la Miséricorde Divine. Environ mille personnes sont liées constamment à ce centre formant ensemble la communauté "Dives in Misericordia". Le but de cette communauté n'est pas seulement la propagation des formes de la dévotion données par Sainte Faustyna, mais aussi une étude réfléchie sur l'encyclique de Jean Paul II "Dives in Misericordia" afin d'entrer dans sa profondeur. A Centurano di Caserta, un centre créé par le Père Primo Poggi, se développe bien depuis 1988. Ce centre entretient des relations serrées avec celui de Trento. C'est le "Centro della Divina Misericordia" lié à l'église Santo Spirito in Sassia à Rome près du Vatican, qui est le lieu principal de la propagation de la Miséricorde Divine. Du 1er au 3 octobre 1999, a eu lieu le premier Symposium National sur la Miséricorde Divine organisé par ce centre. Les documents de ce Symposium qui sont édités, constituent la source principale des connaissances au sujet de la propagation du culte de la Miséricorde Divine en Italie. La pérégrination du tableau de la Miséricorde Divine dans les communautés monastiques qui le désirent est une forme spécifique de la propagation du culte de la Miséricorde Divine en ce pays. C'est le Père Josef Bart, curé de la paroisse Santo Spirito et en même temps directeur du Centro della Divina Misericordia, en collaboration avec les Sœurs de la congrégation de Notre-Dame de la Miséricorde travaillant dans ce centre, qui sont les initiateurs de cette pérégrination. Pour une paroisse ou une communauté, le fait d'accueillir pour quelques jours le tableau de la Miséricorde Divine, est à la source de la prière à la Miséricorde Divine et de la pratique de l'Heure de la Miséricorde. 
Depuis 1987 , en Allemagne, à Brilon, "Schwester Faustine Sekretariat" dirigé par madame Marie Rut Hanke, est en plein activité. Il s'occupe de l'édition et de la distribution des signets, des dépliants et des livres propageant l'apostolat et la spiritualité de Sœur Faustyna. Lié à ce centre, un groupe des adorateurs de Jésus Miséricordieux, qui comprend plus de mille membres des pays germanophones, maintient le lien spirituel avec le Sanctuaire de Krakow-Lagiewniki. Un centre dirigé par l’abbé Stanislaw Swidzinski, se trouve en Westphalie à Coesfeld-Lette. Le culte de la Miséricorde Divine est propagé parmi les laïcs par Josef Pfanzelt de Rettenbach près d'Augsbourg. Depuis 1984, l'Association des Catholiques Polonais en Allemagne joue un rôle semblable. Elle a consacré un numéro entier de son bulletin "Polonia semper fidelis" 6-7/1988/1-8, annuaire X, à faire connaître le culte de la Miséricorde Divine aux Polonais qui vivent en Allemagne de l'ouest. L'Association propage le culte de la Miséricorde Divine dans le cadre des messes en langue polonaise à Vluyn et à Kaldenhausen et aussi au centre spirituel de Moers-Kopellen, où elle organise des retraites réservées aux membres de l'Association. Le 25 novembre 1984, le Père Waclaw Tokarek a béni le tableau représentant Jésus Miséricordieux, pour la première paroisse polonaise à Dortmund. L’abbé Waclaw Tokarek est le premier prêtre assistant de l'association. 
En France, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, le culte de la Miséricorde Divine est propagé par les pères Pallotins du centre d'Osny près de Paris. Le Père Alojzy Misiak SAC a beaucoup contribué à l'extension de ce culte en France. En 1993, 35 ans plus tard, on a commencé à éditer à nouveau une revue intitulée "Messager de la Miséricorde Divine". Et en 1997, pour le dimanche de la Miséricorde, on a transmis à ce centre une partie des reliques de Sœur Faustyna. C'est le cardinal M.Tagliefferi, nonce apostolique en France, qui a présidé cette cérémonie et qui, à la fin de la messe, a béni 50 tableaux représentant Jésus Miséricordieux, qui sont destinés au culte dans des églises, des chapelles et des communautés monastiques en France.
En Espagne, depuis les années 80, un groupe de la Miséricorde Divine, travaille en lien avec l'église Santo Jaime à Barcelone. Francisco Javier Vicente propage le culte de la Miséricorde Divine lors des messes en langue polonaise à Madrid. Il s'appuie sur les documents élaborés et préparés au sanctuaire de Krakow-Lagiewniki.
Au Portugal, c'est l'Apostolat de la Miséricorde Divine" dont le siège est à Balsamao, qui s'occupe de la propagation du culte. En ce pays, on a édité les écrits de l’abbé M.Sopocko et de l’abbé J.Andrasz SJ traitant de la Miséricorde Divine; et aussi propagé les petites médailles, les signets et les prières à la Miséricorde Divine. En 1998, du 14 au 19 avril, avant la fête de la Miséricorde Divine, à Balsamao, a eu lieu un symposium sur la Miséricorde Divine, au cours duquel, on a discuté des multiples problèmes liés au culte sous les formes proposées par Sœur Faustyna. A part Balsamao, il y a aussi à Lisbonne, un centre de la Miséricorde Divine fondé par "l'Association des Catholiques Laïcs", sous le nom "Tout renouvelé en Christ". Les membres de ce mouvement se rassemblent une fois par mois pour la messe et ils disent ensemble les prières à la Miséricorde Divine.
En Angleterre et en Irlande, se trouvent de multiples centres du culte de la Miséricorde Divine dirigés par les pères Marianistes et par des laïcs. "Fawley Court" à Henley-on –Thamas peut servir d'exemple. Ce centre développe une activité d'aumônerie et d'édition.
En Tchéquie, les centres de la Miséricorde Divine à Brno et dans d'autres villes restent en lien étroits avec les sanctuaires de Pologne. Grâce à la sollicitude des Sœurs de la Congrégation de Notre-Dame de la Miséricorde, on a traduit et édité au centre de Dvur-Kralove, en langue tchèque, un livret de prière intitulé "Jésus, j'ai confiance en Toi!", le livre de l’abbé J.Rozycki" Zasadnicze rysy nabozenstwa do Milosierdzia Bozego", un livre sur la spiritualité et l'apostolat de Sœur Faustyna écrit par Sœur E. Siepak ZMBM, et aussi le " Petit Journal" de Sœur Faustyna qui est en cours d'édition en langue tchèque. Chaque année, les dévots de la Miséricorde Divine de la République Tchèque viennent en grand nombre au Sanctuaire de Krakow-Lagiewniki pour la fête de la Miséricorde.
En Hongrie, le centre principal du culte de la Miséricorde Divine se trouve à Eger et c'est l'évêque Istvan Katona qui est responsable des relations et de la coopération de l'Episcopat de Hongrie avec le Sanctuaire de Krakow-Lagiewniki. Le "Petit Journal" de Sœur Faustyna en langue hongroise a paru en 1998, en 4000 exemplaires. En Slovaquie, les pères Pallotins ont commencé à bâtir une église sous le patronage de la Miséricorde Divine à Spisska Nova Ves. Depuis 1997, ils éditent la revue "Apostol Bozieho Molosrdenstva". La version slovaque du "Journal" de Sœur Faustyna est parue en 1999. En Suède, un groupe de dévots de la Miséricorde Divine, se rassemble régulièrement dans la paroisse de la Sainte Vierge Marie à Malmo. Les mêmes groupes existent à Boras et à Göteborg. 
Dans les pays européens, il faut mentionner la création des centres locaux du culte de la Miséricorde Divine en Hollande, dans les pays de l'ex-Yougoslavie et sur le territoire de l'ancienne Union Soviétique, et surtout en Lituanie, en Biélorussie et dans la partie européenne de la Russie.